©

Camille Franch Guerra Et Evan Gerard-Bourgeau

Rickshabitaclomarchand

 

Installation, 2013

Techniques mixtes

Dimensions variables

À la conquête de nouveaux territoires qui sont maintenant des faiseurs d’œuvres et dans l’utopie de construction, le rickshabitaclomarchand est une sculpture proposant un système alternatif désuet. Cette installation est l’outil d’une performance dans le lieu où elle se trouve exposée. Elle doit s’activer par le biais de l’artiste-acteur. Dans une mise en scène, le but étant de questionner la possibilité de cet objet qui pourra tantôt, dans l’avenir, exister, mais qui préexiste déjà en Chine, sous une forme beaucoup plus réelle, emprunt à un système de survie à l’intérieur d’un système de marchandisation. Ici, ce système n’est qu’un reflet absurde et dérisoire, le simulacre du monde. L’œuvre est le monde, elle est le paysage de l’homme dans son égoïsme tout autant que dans son altruisme. Ici, on ne sait pas qui est objet de qui. Le rickshabitaclomarchand est une sorte d’ attracteur magnétique de toutes les énergies. Cette agglutination, ce bricolage emmène à l’amalgame paradoxal des objets ramassés. Pour ainsi dire, comme l’omnipotence que se donne l’homme là où il est une entité où l’on a inlassablement quelque chose et son contraire. 

Cette installation regroupe des systèmes paradoxaux évoquant certaines limites de la création humaine ainsi que sa fascination. Les portes s'ouvrent et se ferment à la guise de celui qui acte, cependant, dans un équilibre de stabilité telle une balance. En effet, le poids sur la porte droite doit être identique que sur la porte gauche créant la métaphore de l’équilibre du monde ou l’inévitable déséquilibre du monde ?